Un peu d’histoire | Esplora | La Venaria Reale

Un peu d’histoire

La Venaria Reale est un grand «projet culturel permanent» qui offre des opportunités de connaissance, d’émotions et d’expériences multiples.

La Venaria Reale est une « cour contemporaine » ouverte à tous. Elle se propose comme l’expérience d’ un voyage au « Palais Royal d'Italie », qui compte sur la valorisation du patrimoine historique, naturel et gastronomique pour faire découvrir « la vie de cour et l’art de vivre ».

La Venaria Reale, un complexe grandiose aux portes de Turin, comprend le palais avec ses 80 000 mètres carrés et ses 60 hectares de jardins, adjacent au bourg historique de Venaria (XVIIe), et les 3 000 hectares du Parc clos La Mandria.

Après avoir été le plus important chantier de restauration du patrimoine en Europe, ce chef-d’œuvre de l’architecture et du paysage, classé Patrimoine mondial par l’Unesco en 1997, a été ouvert au public en 2007.

L’édifice monumental compte quelques-unes des plus hautes expressions du baroque universel: le décor ravissant du Salon de Diane conçu par Amedeo di Castellamonte, la solennité de la Grande Galerie et de la chapelle Saint-Hubert avec l’immense ensemble des écuries dessinées par Filippo Juvarra au XVIIIe siècle, les somptueuses décorations, la spectaculaire Fontaine du Cerf dans la Cour d’honneur représentent le cadre virtuel du Théâtre d’histoire et de magnificence, le parcours d’exposition dédié aux Savoie, qui accompagne le visiteur sur près de 2 000 mètres entre le sous-sol et l’étage noble du Palais.

Brève histoire du Palais de Venaria

1658-1699: La maison de plaisance et de chasse

Au milieu du XVIIe siècle, le duc Charles-Emmanuel II de Savoie et la duchesse Marie-Jeanne-Baptiste de Savoie-Nemours décident de construire un nouveau joyau à ajouter à la couronne de résidences qui entoure Turin. C’est l’architecte de cour Amedeo di Castellamonte qui est chargé de dresser les plans d’un lieu destiné à la chasse et à la plaisance. Le projet, d’un impact scénographique grandiose, comprend le palais, le parc, les bois de chasse et un bourg tout entier. La résidence naît avec ses jardins à l’italienne et un jeu de sculptures, puis encore des fontaines, des escaliers spectaculaires et des terrasses sur plusieurs niveaux, un jardin supérieur au niveau du palais, et un jardin inférieur, plus grand, au niveau du bassin d’agrément. Toute la composition est rendue unique par la perspective axiale qui coupe le bourg et continue au cœur de la Reggia le long du canal qui relie la Fontaine d’Hercule au Temple de Diane.

1699-1798: Le palais des rois

À partir de 1699, l’architecte Michelangelo Garove redessine le complexe de la Reggia pour lui donner un caractère plus grandiose, selon les ambitions de Victor-Amédée II. Les Jardins sont entièrement redessinés à la française, avec des allées ouvertes sur l’infini et une nouvelle ampleur, comme le dicte le goût de la plus grande cour européenne, Versailles. Entre temps le duc devient roi: en 1716 il confie le projet d’agrandissement à Filippo Juvarra, qui avec sa Grande Galerie, la Chapelle Saint-Hubert, l’Orangerie et les Écuries, fait du Palais un des chefs-d’œuvre du baroque. En 1739 Charles-Emmanuel III charge Benedetto Alfieri de donner une unité à l’ensemble avec un système de galeries de communication et de locaux de services, dont les écuries et le manège couvert. La vie de cour continuera au palais pendant le règne de Victor-Amédée III et de Charles-Emmanuel IV, jusqu’au déclin pendant l’Ancien Régime.

1798-1998: La période militaire et le déclin

La transformation de la Reggia en caserne commence au début du XIXe siècle, après l’arrivée de Napoléon, la fuite des souverains, puis leur retour. Les Jardins sont rasés afin d’en faire une place d’armes pour les exercices militaires et leur dessin original disparaît. Chevaux, canons et mousquetons prennent la place des parterres, des fontaines et des sculptures. Le complexe verra défiler les uniformes des guerres d’Indépendance et ceux de l’armée italienne pendant la Première et la Seconde Guerre mondiale. Une fois la garnison militaire supprimée, la Reggia devient la proie des vandales, qui dépouillent le palais de tous les matériels réutilisables. Elle connaîtra une période d’oubli, rachetée par les généreuses tentatives, de la part de la municipalité et de la Direction générale des biens architecturaux, de conjurer l’irréparable.

1999-2007: Le chantier de restauration

La restauration du Palais et des Jardins fait partie du Projet La Venaria Reale, qui comprend également la réhabilitation du centre historique et du parc de La Mandria. Ouvert en 1998 par le ministère des Biens et activités culturels et par la Région Piémont, avec le soutien de l’Union européenne et du ministère de l’Économie, la collaboration de la Province de Turin, de la Commune de Venaria et de la Commune de Turin, ce projet ramène à la surface des fresques, des décorations et des témoignages archéologiques grâce à des méthodes de travail à l’avant-garde. Il représente la plus grosse opération de conservation dans le domaine du patrimoine jamais menée à bien en Europe. De la superficie globale du complexe, 100 000 mètres carrés ont été restaurés, 9 500 mètres carrés de stucs ont été récupérés, 1 000 mètres carrés de fresques mis au jour, 50 hectares de jardins sont déjà visitables, 200 000 espèces végétales ont été plantées, 11 millions de litres d’eau ont été amenés dans le Grand bassin, 4 500 mètres carrés remis en état dans les Écuries de Juvarra. Tout un territoire aux portes de Turin est ainsi requalifié.   

Depuis 2007: La renaissance

L’inauguration - le 12 octobre 2007 - restitue au public le Palais et ses Jardins. L’architecture, l’histoire, le paysage, les langages artistiques modernes, des chefs-d’œuvre d’art et une installation qui évoque les styles de vie des XVIIe et XVIIIe siècles offrent au public contemporain la splendeur d’une grande cour européenne. Avec le parcours de visite, les expositions, les spectacles, les concerts, les conférences et les plaisirs de la gastronomie, la vie de cour et l’art de vivre sont de retour au palais de Venaria.

Partager